prev.gif (221 octets)

Échange de prisonniers à l'Ile de Groix

(Source; 8 décembre 1944. LIBERATION D'ETEL
- Septembre 2000 ( Rémy Guillevic)

 

Dans un article intitulé " L’IIe et les prisonniers de guerre américains , Robert Higgins vétéran de la 94e division américaine nous raconte les conditions de détention à l’île de Groix, à automne 1944, d’aviateurs américains, de quelques fantassins de la bataille de Brest, d’autres de la 6e DB, mais surtout d’hommes de la compagnie K, 301e régiment d’infanterie (dont il faisait partie) capturés le 2 octobre 1944 après un combat de six heures aux abords du village de Kerdural, près de Caudan.

En novembre 1944, des contacts furent établis entre le Lieutenant colonel allemand Borst et le Colonel américain Comte C. Berquist, chef d’Etat major de la 94e division d’infanterie US pour un échange de prisonniers via Le Magouer/Étel.

img1.jpg (41774 octets)
Une délégation allemande arrive à Étel ( Photo NARA)


img4.jpg (60234 octets)
Rencontre entre les négociateurs (place des thoniers)( Photo NARA)

Une seconde rencontre eut lieu au Magouer entre Allemands (Lieutenant colonel Borst, Lieutenant Schmitt, Médecin de marine Penski) et les Américains (colonel Berquist, Lieutenant colonel William H. Patterson ) pour régler les modalités de cet échange
.Les Allemands insistèrent pour un échange de prisonniers à rang et fonctions équivalents, et même aux conditions de mensuration aussi proches que possible, ce que refusèrent les Américains. Il fit convenu que les prisonniers du secteur de Lorient seraient échangés en premier.

img5.jpg (48972 octets)
Les premiers prisonniers américains embarquent( Photo NARA)

Un cessez le feu fut ordonné pour le 16 novembre 1944 dans le secteur d’Étel pour permettre l’échange de 71 prisonniers américains. Robert Higgins nous dit que les Américains eurent quelques difficultés pour rassembler un nombre équivalent de prisonniers allemands volontaires pour l’échange parmi les 5000 détenus à Rennes. Ils n’étaient pas tous désireux de retourner dans leur propre armée et de retrouver les conditions de vie précaire de la poche de Lorient

En fin de matinée, le brouillard épais qui coiffait la rivière s’étant levé, le transfert, par petits groupes, s’effectua à bord d’un canot barré par Frédéric Jaffré du Magouer.

img6.jpg (57927 octets)Les blessés venaient en premier. Les hommes valides de la 94e DI furent transportés en camion aux environs de Plouay où ils furent nourris, douchés puis, après quelques j ours de repos, ramenés à la compagnie K pour participer à nouveau au combat

Un deuxième échange aura lieu dans le secteur de Saint Nazaire le 29 Novembre et, le 28 décembre, un échange final sera organisé pour libérer les hommes d’un avant poste de la 94e division capturés sur l’île de Houat, deux hommes d’une patrouille et l’équipage d’un bombardier B 17 qui, revenant d’une mission avait atterri sur le terrain de Lann-Bihoué quelques jours auparavant, croyant que c’était la côte britannique. Au cours des trois échanges, 105 américains, 32 FFI et 3 britanniques furent libérés.

img3.jpg (62566 octets)
Les positions du front en décembre 1944

 

img2.jpg (64728 octets)

 

Documents publiés avec l'autorisation de Rémy Guillevic
Ed:07/01/06