Le droit aux réparations -Le plan Morgenthau

 

A la conférence de Québec, en septembre 1944, Roosevelt fixe avec Churchill, une attitude commune vis-à-vis de l'Allemagne. Cette attitude est largement influencée par les idées du secrétaire d'Etat au Trésor, le banquier Henry Morgenthau. Ses idées sont reprises par des responsables du département de la guerre. Un directeur du gouvernement américain donne une touche finale à cette politique de la culpabilité collective: dans une directive secrète envoyée au général Eisenhower(Directive J.C.S.1067)

"Il faut faire sentir aux Allemands que les méthodes de guerre sans pitié de l'Allemagne et de la résistance fanatique nazie ont détruit l'économie allemande et rendu inévitable le chaos et la souffrance et qu'ils ne peuvent fuirent les conséquences d'actes dont ils sont responsables. L'Allemagne n'est pas occupée dans le but d'être libérée, mais en tant que nation ennemie. Elle devra être désarmée, dénazifiée et décentralisée. La fraternisation entre occupants et occupés sera fortement découragée. Les principales industries seront contrôlées ou supprimées..."

Roosevelt voulait une paix draconienne qui empêchait à l'Allemagne de vivre même péniblement. Churchill refusa ce plan tout d'abord, car il ne voulait pas que l'Angleterre fut "enchaînée à un cadavre". Il céda ensuite aux arguments de Morgenthau qui faisait prévaloir les avantages que l'Angleterre pouvait tirer de la mise en place de ce plan.

  • Disparition de la concurrence allemande

  • Roosevelt acceptait que l'occupation du Rhin soit assurée par les Britanniques et non par les Américains.

Une version réduite du plan est parafée le 15 septembre 1944, par le Premier ministre britannique Winston Churchill et le président américain Franklin D. Roosevelt.

Le ministre anglais Anthony Eden protesta contre ces propositions, ne voulant pas que l'Allemagne soit réduite à la famine. Le secrétaire d'état américain Cordell Hull démontra les conséquences désastreuses si ce plan était mis en application.

Une indiscrétion rendit publique le 21 septembre les conditions du plan. Devant la réaction très négative le président le président Roosevelt se désengagea finalement. Le plan Morgenthau ne devint jamais un document officiel de la politique anglo-américaine.

A la mort de Roosevelt, le secrétaire d'Etat à la Guerre Henry Stimson dénonça auprès de Truman la directive JCS 1067 et écarta le secrétaire Morgenthau de trésor de son Cabinet.

Ce que prévoyait le Plan Morgenthau:

  • Cession de la Prusse orientale et de la Haute Silésie à la Pologne

  • Cession de la Sarre et une partie de la rive gauche du Rhin à la France

  • Démantèlement complet de son infrastructure minière et industrielle et transformation de l'Allemagne en pays uniquement agricole

  • Le bassin de la Rhur placé sous contrôle international pour empêcher le pays à se préparer à une nouvelle guerre.

  • La constitution de trois états allemands

  • Le travail forcé au titre des réparations d'une main-d'œuvre allemande utilisée à l'étranger.


Autres liens:

http://www.comlink.de/cl-hh/m.blumentritt/agr239.htm

http://www.ballhausplatz.at/johcgi/ball/TCgi.cgi?target=home&ID_News=1031

http://motlc.wiesenthal.com/text/x20/xm2000.html

http://www.idgr.de/lexikon/stich/m/morgenthau-plan/morgenthau.html


JCS 1067

JCS 1067 specified that Germany was "not to be occupied for the purposes of liberation but as a defeated enemy nation." The country was to be disarmed, decentralized and de - Nazified. Occupation administrators would be "just, but firm and aloof" and fraternization between occupiers and occupied would be "strongly discouraged." Those who had held membership in any of 33 specified Nazi organizations were to be denied employment except as common laborers. Assistance to German political institutions would be limited to that necessary to prevent civil unrest and disease and to lay the foundation for eventual democratic rule. Administrators would do nothing to revive German economic or financial institutions. Key industries were to be strictly controlled or eliminated. German living standards would not be permitted to rise above those of neighboring nations.

 

haut.gif (474 octets)

 

 

Ed: 12/10/2013