Pourquoi ce site ?
Perché questo sito ?drap-it-20.jpg (735 octets)

Ed:21/05/10

translate in english

 

 

translate in german

 

 

 

Mémoire des camps de P.G.A.

 
"A l'aube de la naissance de l'Europe, le temps était venu de revisiter cette période de notre histoire locale et de la faire revivre à partir des récits de témoins et des traces que nous pouvons découvrir. C'est une étude qui s'inscrit dans le devoir de souvenir qui est celui de notre génération et que nous pouvons accomplir après ces périodes tourmentées, d'une manière objective, dépassionnée et humaine."

A quoi sert aux P.G.A. et aux P.G.F. de raconter leur passé chacun de leur côté ? Comme si ce n’était pas le même passé, celui de la même guerre, des mêmes camps de mêmes barbelés, avec les mêmes miradors...  

Sans doute  les  jeunes générations ont tendance à considérer que ce qui s’est passé avant leur naissance est une entrave à leur évolution.

Mais il  y a la Nation dans son ensemble  qui a besoin de repères pour se situer dans le présent et qui doit rappeler qu’ on ne peut être conscient de ce qu’on est et de ce qu’on a,  si l’on est pas conscient de ce que l’on a été, et de ce qu’on a perdu ! Bref, on peut dire qu’hier éclaire demain et que le souvenir accroît la détermination.

Pour connaître et comprendre le passé de l’Europe, il y a l’histoire. écrite par des historiens qui ont recours aux méthodes scientifiques, mais on voit bien que pour être objectif, il faudrait qu’ils ne soient d’aucun temps, d’aucun pays comme disait Fénelon...

Et puis,  le vainqueur n’a pas intérêt à écrire les malheurs du vaincu quand il s’agit de la guerre. Et les prisonniers sont à l’ombre des barbelés aussi bien d’un côté que de l’autre. On n’en parle pas. Bien des archives sont classées “secret des 60 ans”  et encore heureux quand elles n’ont pas été détruites.

L’état de prisonnier est le pire de tous”  disait de Gaulle P.G. lui-même pendant la guerre de 1914/18 (Discorde chez l’ennemi Berger-Levreault) phrase rappelée dans le Journal du Combattant Français n° 2658 du 24 juin 2000 à l’occasion de l’exposition “De Gaulle soldat” au Musée Jean Moulin à Paris

François Mitterrand, P.G. au stalag IX A à Ziegnheim a écrit : « …trente mille hommes qui se battaient pour survivre...Quand j'y pense aujourd'hui, je comprends encore mal. était-ce bien moi ? Ai-je bien connu tout cela ? Les images resteront à jamais gravées dans ma mémoire, souvent sans lien entre elles... Au début, c'était le « gangstérisme »,  des hommes transformés en bêtes. Des couteaux et des coups de poing. On était heureux quand on pouvait arracher de quoi manger ou simplement garder sa montre. Et au matin, on trouvait des morts, dans la tente ou au fond des latrines... Tu ne peux pas imaginer à quelle bassesse peut descendre l'âme humaine, à quels extrêmes peut aller la cruauté..."  

Les derniers témoins doivent veiller à ce que l’histoire ne soit pas déformée, ni orientée. Elle le sera d’autant mieux  si la mémoire est partagée, sans compromission ni complaisance.

La fin de la guerre (les P.G.A. furent les derniers à en souffrir) fut la fin d’un cauchemar où s’accomplirent les pires crimes contre l’Humanité.

Pourquoi les P.G. antagonistes d’hier n’œuvreraient-ils pas ensemble pour une journée symbole européenne des valeurs de Liberté, d’Égalité et de Fraternité qui sont au cœur de notre conscience des peuples européens et plus généralement de ceux qui ont une conception humaniste et citoyenne de par le monde”...

 

Une volonté de réconciliation

“Désarme ta vengeance

“Et te viendra la clémence

“Crie ta misère infinie

“Et puis espère à vie”

Dès la fin des hostilités, des prisonniers français et allemands se sont tendus la main par-dessus les tombes et les haines pour remplacer le passé révolu par l'amitié entre nos deux peuples. L'espérance d'un monde meilleur ne les avait jamais abandonnés, c'est le message qu'ils nous laissent.

"Nous sommes heureux, nous qui étions tragiquement impuissants d’un côté et de l’autre des barbelés, de pouvoir transmettre aujourd’hui ensemble, ce message de la mémoire au service de la Paix entre nos deux peuples et de la nécessaire construction européenne pour la préserver”.

Retrouver les témoins de ces événements

Internet nous a permis d'enrichir notre connaissance sur les camps ouverts en Grande Bretagne, aux USA, en Allemagne, au Canada, en Union Soviétique, en Australie et en Afrique, ce qui nous permettra, nous l'espérons de retrouver de nouveaux témoins et des documents.

"Nous lançons donc un appel de nouveaux témoignages des P.G.A. eux-mêmes ou en rapport avec les P.G.A. d'une manière générale, se rapportant à la capture, à la vie dans les camps, à l'aspect sanitaire, à la mortalité, au déminage, au travail dans les commandos, aux travailleurs libres, aux traces laissées par les P.G.A. : tableaux, peintures, écrits, correspondances personnelles, à leur retour au pays, aux difficultés de réinsertion etc...   (A l'inverse, nous recueillons également les mêmes informations sur les P.G. français et la Résistance pour notre site http://assoc.orange.fr/memoiredeguerre"

 

Nous recherchons aussi des traducteurs bénévoles en Anglais en Allemand et en Italien pour nous aider à traduire nos travaux de recherche

 

Si ce site vous intéresse, faites nous part de vos commentaires:

Nous œuvrons pour un humanisme fraternel.